Billet n°205
Publié le 23/02/2021

Par Olivier de Bandt, Jean-Charles Bricongne et Lionel Fontagné

L’environnement auquel font face les décideurs de politique économique aujourd’hui est caractérisé à la fois par une forte incertitude et un haut niveau de mondialisation. Le billet met en évidence une perception d’incertitude croissante par les agents économiques lorsque des chocs externes se multiplient, et une transmission plus rapide de ces chocs lorsque l’économie est plus ouverte, ou que les biens échangés sont produits au sein de « chaines de valeur » plus sophistiquées. La mondialisation a donc accru l'impact macroéconomique de l'incertitude sur l'économie réelle, amplifiant les conséquences des chocs d'incertitude internationaux.

Graphique 1 : Incertitude et ouverture du compte courant de la zone euro (1999-2019
Graphique 1 : Incertitude et ouverture du compte courant de la zone euro (1999-2019)
Billet n°204
Publié le 17/02/2021

Par Raphaël Cancé, Jean-François Ouvrard et Camille Thubin

La crise sanitaire provoque un choc économique sans précédent. Nous décrivons dans ce billet ses différents canaux à l’aide du modèle de prévision FR-BDF. En 2020, les chocs sur la demande intérieure privée et sur la performance commerciale dominent. En 2021 et 2022, le soutien public accélèrerait le redressement de l’économie, mais des chocs sur l’offre freineraient la reprise.

Graphique 1 : Écart entre l’activité projetée en décembre 2020 et la trajectoire avant-crise
Graphique 1 : Écart entre l’activité projetée en décembre 2020 et la trajectoire avant-crise Source: Banque de France (modèle FR-BDF, prévisions de décembre 2020)
Billet n°203
Publié le 10/02/2021

Quel serait l’effet économique d’une taxe carbone européenne en France comparativement au reste de l’UE ? L’impact à moyen terme sur la valeur ajoutée y serait 20% moins fort que dans le reste de l’UE. Cet écart résulterait davantage de différences de structure sectorielle (poids des secteurs les plus touchés, flux intersectoriels) que de différences d’intensité carbone entre secteurs homologues.

Graphique 1 : Décomposition sectorielle de l’impact sur la valeur ajoutée réelle en France et dans le reste de l’UE
Graphique 1 : Décomposition sectorielle de l’impact sur la valeur ajoutée réelle en France et dans le reste de l’UE Source : Calcul des auteurs
Billet n°202
Publié le 03/02/2021

Par Jérémi Montornès et Marie-Baïanne Khder

Les auteurs faisaient partie de la Direction des études et synthèses économiques de l’Insee lors de la rédaction de l’article dont le billet est tiré. Les auteurs remercient D. Blanchet pour ses conseils et suggestions lors de la rédaction de l’article. Ils demeurent seuls responsables des erreurs et omissions.

La croissance du PIB irlandais sur la période récente est fortement influencée par les transferts de multinationales américaines. Ces opérations se sont intensifiées depuis 2015. Les évolutions du PIB irlandais et de ses composantes ne reflètent plus seulement les fluctuations conjoncturelles mais aussi les choix de localisation d’activité des multinationales.

Graphique 1 : Évolution trimestrielle du PIB et du RNB en volume (en %, cvs-cjo)
Graphique 1 : Évolution trimestrielle du PIB et du RNB en volume (en %, cvs-cjo) Source : CSO, Comptes nationaux
Billet n°201
Publié le 27/01/2021

Par Dominique Durant, Kevin Parra Ramirez, Geneviève Toubol

Les éléments descriptifs associés à l’identifiant international des entités légales ou « LEI » apportent une information à jour sur la structure des groupes, la forme juridique et la localisation de leurs implantations, y compris dans les centres financiers off-shore (CFOs). Étendre l’obligation d’avoir un LEI contribuerait ainsi à une plus grande transparence des transactions financières internationales.

Graphique 1 : Répartition de la localisation des filiales étrangères, selon la nationalité du parent
Graphique 1 : Répartition de la localisation des filiales étrangères, selon la nationalité du parent Source : Global LEI Fundation (GLEIF) – Calculs des auteurs Note : 22% des filiales d’entreprises enregistrées aux États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande sont localisées dans les CFOs non européens
Billet n°200
Publié le 22/01/2021

Par Ivan Odonnat

Les taux d’intérêt de référence, qui servent à valoriser les instruments du marché monétaire et au-delà de nombreux contrats financiers (découverts bancaires, crédits immobiliers, emprunts obligataires, etc.), ne sont pertinents que s’ils sont fiables et représentatifs des conditions de financement des agents économiques. L’encours concerné équivaut à quelque 350 trillions USD au plan mondial !

Graphique 1 : Évolution des indices de référence dans la zone euro
Graphique 1 : Évolution des indices de référence dans la zone euro Sources : EMMI et BCE
Billet n°199
Publié le 12/01/2021

Par Antonin Bergeaud et Simon Ray

Les mesures sanitaires prises en France et dans le reste de l’Europe ont contraint les entreprises et les travailleurs à mettre en place un télétravail généralisé. En ayant permis de faire sauter un certain nombre de verrous, ce choc marquera sans aucun doute un tournant dans le recours au télétravail, avec des implications importantes pour les employés, les entreprises et l’économie.

Graphique 1 : Hétérogénéité des potentialités de télétravail par département
Graphique 1 : Hétérogénéité des potentialités de télétravail par département Source : DADS, Dingel et Neiman (2020) et DARES (2019)
Publié le 06/01/2021

Bloc-notes Eco a eu quatre ans en décembre 2020 : près de 200 billets publiés en anglais et en français ; une audience en croissance continue ! 2020 a rappelé à quel point la mise à disposition d’informations pertinentes dans de brefs délais est nécessaire à la bonne compréhension et interprétation de l’actualité économique.

Billet n°198
Publié le 05/01/2021

Le télétravail a connu un fort développement avec le Covid-19 et devrait rester une pratique commune dans le futur. Cela pourrait se traduire par des effets favorables sur la productivité des entreprises notamment à travers l’accélération de la diffusion des technologies. Mais la littérature économique souligne que le plein bénéfice de cet effet favorable appelle une préparation appropriée.

Figure 1: Relation en U inversée entre intensité du télétravail (en proportion de la durée travaillée) et productivité pour deux activités différentes
Figure 1: Relation en U inversée entre intensité du télétravail (en proportion de la durée travaillée) et productivité pour deux activités différentes Inspirée de OCDE (2020)
Billet n°197
Publié le 29/12/2020

Banque d’Angleterre : Ambrogio Cesa-Bianchi, Mark Joy, Dennis Reinhardt - Banque de France : Julia Schmidt  FMI : Gurnain Pasricha, Annamaria Kokenyne - OCDE : Annamaria de Crescenzio, Etienne Lepers.  Ce billet est conjointement publié dans Bloc-notes Éco, IMFBlog et OECD On the level.

Début 2020, quand la première vague de Covid-19 a frappé les économies du monde entier, les marchés financiers mondiaux ont affronté une autre vague, celle du reflux des capitaux mondiaux dû au déclenchement de la pandémie. Compte tenu de la nature et des déterminants sous-jacents de ces flux, une réponse mondiale s’impose.

Graphique 1. Ventes massives liées à la Covid-19 et reprise récente: plus de 100 milliards de dollars de sorties de capitaux au titre des investissements de portefeuille en monnaie locale dans les économies émergentes suite au début de la pandémie
Graphique 1. Ventes massives liées à la Covid-19 et reprise récente Sources : Bloomberg, Haver Analytics, IIF.
Billet n°196
Publié le 24/12/2020

Par Valère Fourel, Julien Idier, Valerio Scalone and Aurore Schilte 

À la différence des scenarii fictifs utilisés dans le cadre des exercices de stress-tests prudentiels traditionnels (cf. billet « Stress-tests bancaires : des outils d’analyse prudentielle – Épisode 1 »), un scénario adverse sans précédent se réalise avec la crise de la Covid. C’est l’occasion d’en tirer des premiers enseignements : (i) sur la résilience du système bancaire, pour l’instant observée, et (ii) sur l’amélioration des outils de stress-test à l’aune de cette expérience.

Figure 1 : Pertes de PIB dans les stress-tests et lors des dernières crises (pp)
Figure 1 : Pertes de PIB dans les stress-tests et lors des dernières crises (pp)
Billet n°195
Publié le 22/12/2020

Par Valère Fourel, Julien Idier, Valerio Scalone et Aurore Schilte

Afin de protéger les banques des chocs macroéconomiques et financiers, les autorités prudentielles mobilisent de nombreux outils d’analyse du risque, dont les tests de résistance ou stress-tests. Que sont-ils ? À quoi servent-ils ? Ce billet l’explique et va de pair avec un second billet sur le stress « grandeur nature » de la crise de la Covid sur les banques.

Graphique 1 : Les étapes d’un exercice de stress-test bancaire « bottom-up »
Graphique 1 : Les étapes d’un exercice de stress-test bancaire « bottom-up »

Pages