Billet n°190
Publié le 03/12/2020

1er prix du concours organisé par Bloc-notes Éco, édition 2020 - par Mathilde Salin et Louis Daumas

Il reste moins d’une génération pour accomplir l’essentiel des mutations permettant d’atténuer le changement climatique. Une transition aussi rapide impliquera la perte d’une part non négligeable du capital physique, humain et financier accumulé dans les secteurs intensifs en carbone. Il s’agit de prendre acte de cette perte et d’explorer des pistes pour la rendre tolérable.

Un exemple : Propagation des actifs échoués dans le secteur de l’extraction
Un exemple : Propagation des actifs échoués dans le secteur de l’extraction Sources : auteurs et Cahen-Fourot et al., 2019. Note : Des actifs échoués (sous-emploi forcé du capital) dans le secteur extractif fossile entraîneront directement ou indirectement des naufrages d’actifs dans des secteurs en aval.
Publié le 02/12/2020

Selon les résultats de l'enquête 2019 Kantar-Banque de France « Les Français et l’économie », 62% des Français citent le changement climatique comme un défi économique mondial prioritaire. Cette préoccupation devance nettement et pour la première fois les inégalités sociales, le chômage et la pauvreté. Comment les politiques économiques peuvent-elles y répondre ?

Billet n°189
Publié le 26/11/2020

Par Nicolas Chatelais et Arthur Stalla-Bourdillon

Malgré les corrections de fin 2018 et le choc lié au Covid-19, les indicateurs prix/bénéfices se maintiennent à des niveaux élevés, notamment aux États-Unis. Cependant, si l’on en juge par des indices corrigés des anticipations de croissance et du niveau des taux d’intérêt, cette évolution ne relèverait pas de l’exubérance irrationnelle ayant caractérisé des épisodes spéculatifs antérieurs.

PER ajusté du cycle et taux d’intérêt aux États-Unis
Graphique 1 : PER ajusté du cycle et taux d’intérêt aux États-Unis Sources : S&P 500, Datastream, Fed Saint Louis & Philadelphia. Calculs des auteurs. Dernier point : octobre 2020.
Billet n°188
Publié le 20/11/2020

Par Olivier Sirello

Avec la crise du coronavirus et le recul de l’activité, les besoins de financement ont fortement augmenté. Les émissions nettes de titres de dette publique et privée en zone euro ont ainsi atteint des niveaux jamais observés. Les principaux acheteurs sont les banques centrales, les établissements bancaires et, dans une moindre mesure, les non-résidents.

Graphique 1 : les émissions de dettes publiques et privées ont atteint un record en zone euro (CVS, Mds d’euros)
Graphique 1 : les émissions de dettes publiques et privées ont atteint un record en zone euro (CVS, Mds d’euros) Source : Banque Centrale Européenne (calcul de l’auteur)
Billet n°187
Publié le 18/11/2020

Par Peter Gubert et Patrick Branthomme

La balance des paiements technologique (BPT) propose un cadre d’analyse des transferts internationaux de technologie. Après un excédent en 2018, le solde de la BPT de la France est à l’équilibre fin 2019. La BPT de l’Union Européenne dégage un excédent comparable à celui des États-Unis.

Graphique 1 : France : le solde de la BPT à l’équilibre en 2019 après un léger excédent en 2018 (Mds d’euros / solde des échanges de services hors assurance et tourisme.)
Graphique 1 : France : le solde de la BPT à l’équilibre en 2019 après un léger excédent en 2018 (Mds d’euros / solde des échanges de services hors assurance et tourisme) Source : Banque de France
Billet n°186
Publié le 20/10/2020

Par Anne Duquerroy et Clément Mazet-Sonilhac

Préserver la capacité d’investir des entreprises au sortir de la crise du Covid-19 est un enjeu central de politique économique, comme le montrent les mesures d’urgence prises par la BCE et, en France, par le gouvernement. En effet, l’accès au financement externe est un déterminant majeur de l’investissement. Un choc de financement, à l’exemple de la crise de 2008, serait susceptible d’entrainer une forte contraction du taux d’investissement des grands groupes français.

Coût du financement externe des entreprises non financières (en %)
Graphique 1. Coût du financement externe des entreprises non financières (en %) Source : Gilchrist et Mojon (2017)
Billet n°185
Publié le 15/10/2020

Par Sylvie Bonneau

Le réseau des correspondants départementaux TPE-PME de la Banque de France a été très fortement sollicité pendant la période de confinement pour guider les entrepreneurs dans leurs demandes de financement. Les préoccupations des dirigeants ont évolué au cours de cette période.

Graphique 1 - Évolution des rendez-vous dirigeants et des besoins liés à la crise
Graphique 1 - Évolution des rendez-vous dirigeants et des besoins liés à la crise Source : Banque de France
Billet n°184
Publié le 07/10/2020

Par Florian Le Gallo et Kevin Schmitt

La pandémie de Covid-19 a fortement ébranlé le tourisme international. Avec l’arrêt des enquêtes auprès des voyageurs étrangers, la Banque de France a mobilisé des sources innovantes, telles que les données de cartes de paiement, afin d’estimer l’ampleur du choc. Après une chute massive des recettes depuis mars, les deux mois d’été sont marqués par un retour des visiteurs européens.

Graphique 1 : recettes du tourisme international pour la France (milliards d’euros)
Graphique 1 : recettes du tourisme international pour la France (milliards d’euros) Source : Banque de France
Billet n°183
Publié le 02/10/2020

Par Luc Jacolin et Khalil Bechchani

L’aide publique au développement (APD) devrait être soutenue en 2020 par la réponse internationale à la crise de la Covid-19, dont l’impact est encore incertain dans les pays à faible revenu. L’enjeu principal est de s’assurer que les efforts consentis seront suffisants et pérennes : une hausse de l’APD est souhaitable, sauf à compromettre les objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Graphique 1 : Évolution des flux financiers entrants dans les PFR
Graphique 1 : Évolution des flux financiers entrants dans les PFR Source : Banque Mondiale, OCDE, estimations Banque de France 2020.
Billet n°182
Publié le 30/09/2020

Par Pierre Aldama, Hadrien Camatte, Jean-François Ouvrard et Paul Sabalot

Selon les projections de la Banque de France publiées le 14 septembre 2020, après une contraction de 8,7 % en 2020, la croissance du PIB serait de + 7,4 % en 2021 et de + 3,0 % en 2022. Malgré ce rebond apparemment impressionnant, le rattrapage du niveau d’activité ne serait en réalité que très progressif. Le PIB retrouverait son niveau d’avant crise seulement début 2022. Ce billet donne quelques éléments de compréhension de ces taux de variation inhabituels.

Graphique 1 : France : Projections du volume du PIB, comparées à la trajectoire post-2008
Graphique 1 : France : Projections du volume du PIB, comparées à la trajectoire post-2008 Sources : Insee, Banque de France
Billet n°181
Publié le 25/09/2020

Par Emilie Hermet et Dorothée de Franclieu

Face à l’impact économique de la crise de la Covid-19, la Commission européenne a autorisé un assouplissement temporaire du cadre régissant le recours aux aides d’État. Si cette mesure s’est avérée nécessaire dans l’urgence, son utilisation large, prolongée et hétérogène risquerait de favoriser des distorsions de concurrence sur le marché intérieur.

Graphique 1 : Répartition par pays des plafonds d’aides d’État autorisées par la Commission du 19 mars au 8 juillet 2020
Graphique 1 : Répartition par pays des plafonds d’aides d’État autorisées par la Commission du 19 mars au 8 juillet 2020
Billet n°180
Publié le 16/09/2020

Par Vivien Levy-Garboua, François Mouriaux, Tatiana Mosquera Yon et Mylène Sabatini

Depuis la crise financière de 2008, les institutions financières captives (holdings financières, entités ad-hoc), filiales de sociétés non financières (SNF), ont contribué à une croissance du secteur financier plus rapide que celle du PIB. Cette dynamique serait le reflet de la structuration de plus en plus complexe et internationalisée des SNF. Cette évolution ne semble toutefois pas s’être accompagnée d’un développement d’opérations financières à risque de leur part.

Graphique 1a. Investissements directs étrangers par pays, passif, en % du PIB
Graphique 1a. Investissements directs étrangers par pays, passif, en % du PIB Source : BCE

Pages