Par Clémence Berson, Hadrien Camatte, Antoine Lalliard et Julien Le Roux

Le « cône de Phillips » est un éventail de valeurs possibles de l’inflation obtenu à partir de différentes spécifications de la courbe de Phillips. La prévision d’inflation zone euro de l’Eurosystème de juin 2019 est un peu inférieure à la prévision médiane du cône de Phillips sur toute la période de projection et même légèrement au-dessous du cône en début de prévision. Elle est, en ce sens, assez prudente.

Graphique 1 : En zone euro, une prévision d’inflation prudente au regard du cône de Phillips
Graphique 1 : En zone euro, une prévision d’inflation prudente au regard du cône de Phillips Source : Eurostat, Eurosystème, calcul des auteurs. Note : au-delà du 1er trimestre 2019 est tracée en noir la projection de l’Eurosystème de juin 2019.

Marc-Olivier Strauss Kahn, Président du Conseil scientifique de Citéco*

La Cité de l’économie, Citéco, est le nouveau musée parisien interactif d’éducation économique : une première en Europe ! Citéco est logée dans l’Hôtel Gaillard, château néo-Renaissance construit au 19ième siècle, puis acheté par la Banque de France (BDF). Celle-ci a financé la restauration et l’adaptation à tous les publics de ce monument historique. Citéco permet désormais jusqu’à douze heures de visites avec quelque cinquante vidéos ludiques et la moitié de jeux pédagogiques (cf. Photo 1).

Photo 1 : Jeux pédagogiques dans l’historique salle de Bal
Photo 1 : Jeux pédagogiques dans l’historique salle de Bal Source : Auteur

Par Aurélien Violon, Dominique Durant et Oana Toader

Soumises à une réglementation plus contraignante, les banques systémiques mondiales ─ celles dont la faillite pourrait affecter l’activité économique ─ ont infléchi plus que les autres la croissance de leur actifs et réduit ce faisant leur part dans l’actif bancaire global. Nous montrons qu’elles n’ont pas pour autant diminué leurs prêts à l’économie. Les objectifs du G20 ont ainsi été atteints : plus de résilience des banques systémiques en cas de choc, sans préjudice sur le financement de l’économie.

Graphique 1 : La part des banques systémiques mondiales dans l’actif total des grandes banques diminue
Graphique 1 : La part des banques systémiques mondiales dans l’actif total des grandes banques diminue Source : S&P Market Intelligence – Échantillon de 97 grandes banques (dont 34 banques désignées au moins une fois comme systémiques sur la période étudiée)

Par Eric Monnet et Marie-Hélène Ferrer

À l’heure de la célébration des 75 ans de la conférence de Bretton Woods, ce billet revient sur l’histoire du système monétaire international du même nom (1944 – 1971). Le système de Bretton Woods ne fonctionna pas comme prévu. Plutôt que de cultiver le mythe d’un âge d’or, il est préférable de reconnaître la capacité d’adaptation du multilatéralisme monétaire et financier au cours du temps.

Graphique 1 : l’hôtel de la conférence de Bretton Woods (New Hampshire, USA)
Graphique 1 : l’hôtel de la conférence de Bretton Woods (New Hampshire, USA) Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_Mount_Washington_Hotel,_Bretton_Woods,_NH.jpg

Par Edouard Vidon, Céline Rochon

Les cyberattaques sont devenues une menace majeure, notamment pour la stabilité financière mondiale. En décryptant l’interaction stratégique entre les cybercriminels et leurs cibles, la théorie des jeux fournit des indications précieuses, mettant en évidence les limites et les effets secondaires de politiques de dissuasion non coordonnées et l’importance du partage des informations entre autorités publiques. La coopération internationale est essentielle et le G7 montre la voie.

Graphique 1 La théorie des jeux en application : Comment la dissuasion peut maintenir le statu quo
Graphique 1 La théorie des jeux en application : Comment la dissuasion peut maintenir le statu quo Note : Adapté de Zagare, 2019

Par Florens Odendahl (Banque de France)

Considérer les résultats économiques futurs comme intrinsèquement incertains donne lieu à la notion de risque économique. Par exemple, quelle est la probabilité d’une baisse de la croissance future du PIB ? En élargissant ce concept à l’analyse de plusieurs variables, on peut, par exemple, s’interroger sur l’évolution conjointe des risques pour la croissance du PIB et l’inflation.

Figure 1 : La tendance centrale à elle seule ne reflète pas les informations relatives au risque macroéconomique
Graphique 1 : La tendance centrale à elle seule ne reflète pas les informations relatives au risque macroéconomique Source : Adrian et al. (2019) Note : Prévision de densité à un an de la croissance du PIB réel des États-Unis.

par Constant Bourdeloux, Henri de La Guéronnière, Cristina Jude, Astrid Labouret, (Banque de France) 

Les prêts à effet de levier (leveraged loans) sont des prêts accordés à des entreprises très endettées. Le fort dynamisme de ce marché aux États-Unis depuis cinq ans ainsi que l’intégration des leveraged loans à des produits financiers titrisés rappelle, à certains égards, le marché des subprimes ayant déclenché la crise de 2008. Si cette comparaison est discutable, les risques que fait peser ce marché sur la stabilité financière ne sont cependant pas à ignorer.

Graphique 1 : Encours de prêts à effet de levier institutionnels aux États-Unis et en Europe
Graphique 1 : Encours de prêts à effet de levier institutionnels aux États-Unis et en Europe Source : données S&P LCD et Bloomberg, calculs Banque de France. La taille exacte de ce marché est toutefois source de divergences, du fait du manque de données et de définition conventionnelle.

Par Liang Bai (Université d’Édimbourg) et Sebastian Stumpner (Banque de France)

Ces dernières années, la part des importations chinoises dans les dépenses des États-Unis a rapidement augmenté. Des données détaillées sur la consommation des ménages américains (2004-2015) permettent d’estimer que la pénétration chinoise a freiné la hausse des prix des biens de consommation échangeables d’environ 0,2 pp par an. Ceci représente, toutes choses égales par ailleurs, une réduction du coût de la vie d’environ 200 dollars par ménage en 2015.

Graphique 1 : La Chine est devenue le principal exportateur de biens vers les États-Unis.
Graphique 1 : La Chine est devenue le principal exportateur de biens vers les États-Unis. Source : Calculs des auteurs à partir des données du CEPII et du Bureau d’analyse économique (Bureau of economic analysis – BEA).

Par Jade Al Yahya (Banque de France)

Depuis 2018, l’ACPR et l’AMF étudient l’adaptation des pratiques commerciales des établissements financiers au vieillissement démographique. Les consommateurs les plus âgés sont notamment plus susceptibles de faire l’expérience de la vulnérabilité. Pourtant, selon les premiers résultats de l’analyse, une offre commerciale fondée sur le seul critère de l’âge, le plus couramment utilisé aujourd’hui, est loin d’être satisfaisante.

Figure 1. Projection de la population de l’Union Européenne par classe d’âge.
Figure 1. Projection de la population de l’Union Européenne par classe d’âge. Source : Eurostat.

Les décisions de politique monétaire requièrent une évaluation préalable de différents scénarios économiques, y compris les plus extrêmes. Apprécié sur la base de l’indice des conditions financières de la Banque de France, le niveau des risques d’origine financière susceptibles de peser sur la distribution de la croissance future du PIB de la zone euro serait aujourd’hui limité.

Graphique 1 : Évolution de la distribution prévue de la croissance trimestrielle du PIB de la zone euro entre 2001 et 2018
Graphique 1 : Évolution de la distribution prévue de la croissance trimestrielle du PIB de la zone euro entre 2001 et 2018 Sources : Eurostat, Banque de France, calculs des auteurs.Note : Ce graphique représente pour chaque trimestre la répartition des prévisions du taux de croissance trimestriel du PIB pour le trimestre suivant, obtenue à partir de l’approche Growth at Risk

Par Guillaume Gaulier (Banque de France), Aude Sztulman (Université Paris-Dauphine) et Deniz Ünal (CEPII)

L’essoufflement de la dynamique des chaînes de valeur mondiales est considéré comme l'une des causes du ralentissement du commerce mondial depuis la crise de 2008. Or, mesurée comme la part des échanges de pièces détachées et composants dans le commerce mondial en volume, et compte tenu de l’évolution du cycle des affaires, le développement des chaînes de valeur internationales se serait poursuivi après la crise.

Graphique 1 : Part des pièces et composants (P&C) dans le commerce manufacturier en volume
Graphique 1 : Part des pièces et composants (P&C) dans le commerce manufacturier en volume Source : Calculs des auteurs à partir de la base WTFC du CEPII (environ 5000 produits pour le commerce bilatéral de plus de 200 pays) et du FMI (écart de production pour le monde).

Par Laurent Abraham et Jean-Baptiste Gossé (Banque de France)

A vingt ans, l’euro bénéficie d’un soutien remarquablement élevé. Toutefois, un paradoxe existe dans l’opinion : chaque État semble considérer que la monnaie unique bénéficie plus aux autres pays. L’amélioration du fonctionnement des institutions nationales et européennes pourrait réduire ce paradoxe et renforcer l’attachement à l’euro.

Graphique 1. Des bénéfices de l’euro davantage perçus au niveau européen qu’au niveau national.
Graphique 1 : Des bénéfices de l’euro davantage perçus au niveau européen qu’au niveau national. Source : Eurobaromètre Flash. Note : Écart moyen entre les bienfaits perçus de l’euro pour l’Union et pour le pays, 2011-2018, hors Lettonie et Lituanie du fait de la période étudiée. Plus le vert est foncé, plus cet écart est marqué.

Pages