Stabilité Financière

Billet n°175
Publié le 31/07/2020

Par Raymond de Pastor

La crise sanitaire a provoqué des besoins de trésorerie pour un grand nombre d’entreprises. Pour répondre à cette situation, les pouvoirs publics ont notamment mis en place des dispositifs d’appui, en particulier le Prêt Garanti par l’Etat (PGE). Dans la période actuelle, la médiation du crédit accompagne les entreprises dont la demande de PGE a été refusée une première fois par une banque.

Nombre de saisines de la médiation du crédit aux entreprises  (moyenne mensuelle)
Graphique 1 : Nombre de saisines de la médiation du crédit aux entreprises (moyenne mensuelle) Source : Banque de France, Médiation du crédit aux entreprises
Billet n°173
Publié le 24/07/2020

Par Olivier de Bandt, Sandrine Lecarpentier et Cyril Pouvelle

Les risques de solvabilité et de liquidité bancaires interagissent entre eux. Un modèle estimant simultanément des ratios de solvabilité et de liquidité des banques françaises permet de les projeter dans un scénario de stress. Il montre que l’environnement financier a un impact significatif, mais uniquement en période de crise, et que la solvabilité a un effet sur la liquidité, et non l’inverse.

Graphique 1 : Ratio de solvabilité et coefficient de liquidité des banques françaises depuis 1993
Graphique 1 : Ratio de solvabilité et coefficient de liquidité des banques françaises depuis 1993 Source : ACPR ; calculs des auteurs
Billet n°167
Publié le 25/06/2020

Nous évaluons le lien entre la prise en compte des enjeux climatiques par les banques, mesuré par une note de performance climatique s’appuyant sur leurs déclarations, et l’évolution de leurs crédits en France à des industries plus ou moins émettrices de gaz à effet de serre entre 2010 et 2017. Une meilleure note apparait bien associée à une plus faible croissance des prêts aux grandes entreprises des cinq industries les plus carbonées. L’activité de prêts aux PME n’est toutefois pas affectée.

Graphique 1 : Niveau de prise en compte des enjeux climatiques déclaré par les banques et prêts aux industries les plus carbonées en France. Source : Banque de France, calculs de l’auteur.
Billet n°155
Publié le 12/03/2020

Quel serait le coût économique de la faillite d’une entreprise d’importance systémique ? C’est la question à laquelle nous tentons de répondre ici, en évaluant l’effet récessif d’une défaillance systémique. Dans les deux ans suivant un tel événement, on peut s’attendre à une diminution de 3 % de la consommation totale et à la survenance de trois nouveaux défauts systémiques.

Source : Gourieroux, Monfort, Mouabbi et Renne (2019)
Graphique : Probabilité d’une chute de la consommation de la zone euro de plus de 10 % ou 20 % (horizon = 12 mois) Source : Gourieroux, Monfort, Mouabbi et Renne (2019)
Billet n°152
Publié le 13/02/2020

Par Emilie Candus et Jean-Luc Le Goff

La croissance des fonds labellisés a été très importante en 2019. Avec des taux de souscription plus élevés que la moyenne du secteur et des niveaux de performance dans l’ensemble assez comparables, le label s’avère un facteur d’attractivité. Le succès des labels est toutefois inégal et leur pénétration reste encore faible dans le paysage de la gestion collective française. Des efforts de pédagogie et de promotion restent à mener pour accroître la diffusion de ces produits auprès des épargnants.

Graphique 1. Les fonds labellisés, seulement 7% du marché de la gestion collective française en 2019
Graphique 1. Les fonds labellisés, seulement 7% du marché de la gestion collective française en 2019 Sources: Association Française de la Gestion financière (AFG), Banque de France, Ministères de l’économie et de la transition écologique Note : Estimation du marché de la gestion collective responsable en France fin 2019
Billet n°149
Publié le 22/01/2020

Par Stéphanie Lange-Gaumand (ambassade de France au Japon), Baptiste Meunier et Brieuc Monfort (Université Sophia, Japon, et FFJ-EHESS)

Le Japon se distingue par la précocité et l’ampleur du vieillissement : la part des plus de 65 ans y est la plus élevée du monde et la population devrait baisser de 40% d’ici 2100. Le Japon semble s’être accommodé du déclin démographique et s’est concentré sur la maîtrise des dépenses sociales, un choix révélateur de préférences nationales.

Graphique 1 – Contraction et vieillissement de la population
Graphique 1 – Contraction et vieillissement de la population Source : ONU (prévisions 2019)
Billet n°147
Publié le 07/01/2020

Par Cyril Couaillier, Dorian Henricot et Julien Idier

On estime à 187 Mds€ la dette brute des entreprises dites « à risque » fin 2018 en France. Une hausse de 100 points de base de leurs coûts de financement pourrait entrainer une augmentation de ce montant de 60%, susceptible de fragiliser le système financier. Ce résultat conforte les mesures prises par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) dès 2018 pour assurer la résilience du système bancaire.

Graphique 1 : Dette brute à risque des groupes français
Graphique 1 : Dette brute à risque des groupes français Source : FIBEN Groupe, calcul des auteurs. Note : ICR = Interest Coverage Ratio, soit le ratio de couverture des charges d’intérêt au regard des revenus ; levier net défini comme le ratio de la dette nette des liquidités sur les fonds propres.
Billet n°142
Publié le 12/11/2019

Par Bruno Cabrillac et Baptiste Meunier

Les positions extérieures nettes (PEN) des pays du G20 divergent depuis 1990. Si cela résulte en partie de déséquilibres persistants des soldes de biens et services, les PEN ont leur propre dynamique : le portefeuille génère revenus et plus ou moins-values. Cette dynamique a eu un effet stabilisateur au prix de risques financiers pour certains débiteurs, par ex. les États-Unis, et d’une accumulation excessive d’actifs sûrs par certains créditeurs.

Graphique 1 – Effets financiers et facteurs réels Sources : Lane et Milesi-Ferretti (2017), calculs des auteurs
Billet n°133
Publié le 19/09/2019

Par Irena Peresa et Edouard Vidon

Avec le ralentissement de la croissance et le désendettement des entreprises, l’intervention de l’État dans certaines banques chinoises est à nouveau d’actualité. Le rôle des sociétés de gestion d’actifs (AMC), créées il y a 20 ans pour soutenir les principales banques chinoises, a radicalement changé. Face au problème des créances douteuses, il faut en priorité développer le marché secondaire des NPL.

Graphique 1 : À l’origine quatre AMC avaient été créées pour soutenir les principales banques détenues par l’État. Source : Auteurs
Billet n°129
Publié le 03/09/2019

Globalement, les politiques prudentielles françaises entraînent une réduction des prêts des banques étrangères aux résidents français. Mais certaines mesures peuvent induire des fuites nuisant aux objectifs des autorités : sur la période 2011-2017, les exigences en fonds propres de Bâle ont accru de 1,1 % (+1,5 milliard d’euros) en moyenne l’exposition sur la France des sociétés affiliées de banques étrangères.

Graphique 1 Exposition des banques étrangères sur la France (en % de la dette bancaire totale des résidents français)
Graphique 1 Exposition des banques étrangères sur la France (en % de la dette bancaire totale des résidents français) Source : Statistiques bancaires consolidées BRI (CBS) – Emprunteur direct- et calcul des auteurs.

Pages