Stabilité Financière

Billet n°284
Publié le 26/09/2022

Par Bruno Terrien 

Les retards de paiement constituent une faiblesse structurelle des entreprises ultramarines. En incitant à accélérer le recouvrement des créances clients, la crise sanitaire a permis une baisse significative du besoin de trésorerie lié aux délais de paiement. Néanmoins, les entreprises confrontées aux retards les plus longs n’ont pas bénéficié de cet allègement.

Graphique 1 : Écarts des délais de paiement entre les outre-mer et l’Hexagone
Graphique 1 : Écarts des délais de paiement entre les outre-mer et l’Hexagone Source : IEDOM – base Fiben
Billet n°283
Publié le 19/09/2022

Par Nicoletta Berardi, Benjamin Bureau et Frédéric Delamarre.

Ce billet évalue la situation financière des PME françaises à fin mars 2022, soit après deux ans de crise de la Covid-19, et au tout début de la guerre en Ukraine. Il ressort que la grande majorité des PME ont bien résisté à la crise sanitaire, en maitrisant notamment leur endettement bancaire net.

Graphique 1 : Répartition des PME en fonction du caractère plus ou moins élevé de leur endettement bancaire net (en % du nombre d’entreprises)
Graphique 1 : Répartition des PME en fonction du caractère plus ou moins élevé de leur endettement bancaire net (en % du nombre d’entreprises) Source : Banque de France, Anacredit et collecte ad hoc sur les dépôts bancaires.
Billet n°280
Publié le 22/07/2022

Par Roger Vicquéry

Les récentes tensions géopolitiques ont replacé au cœur des réflexions le rôle hégémonique du dollar et son potentiel déclin. Une nouvelle mesure à long terme de la concurrence entre monnaies à l’échelle mondiale montre qu’en deux siècles, aucune des grandes devises internationales n’a été capable de conserver aussi longtemps un tel leadership.

Graphique 1 : Essor et déclin des monnaies mondiales sur deux siècles Source : Vicquéry (2022). Parts pondérées par le PIB de dominance monétaire internationale.
Billet n°278
Publié le 12/07/2022

Par Tamaki Descombes, Antoine Kergadallan et Quoc-Trieu Le

Les obligations vertes sont en forte croissance depuis 10 ans, notamment sous l’impulsion de l’Union Européenne et de ses États membres qui sont les premiers émetteurs mondiaux. Ce billet décrit les caractéristiques de ce marché et évoque ses défis et perspectives : interactions avec la politique monétaire, appétit des investisseurs, risque de « greenwashing ».

Graphique 1 : Émissions d’obligations vertes respectant les principes de l’International Capital Market Association
Graphique 1 : Émissions d’obligations vertes respectant les principes de l’International Capital Market Association Source : BloombergNEF, calcul des auteurs
Billet n°276
Publié le 30/06/2022

Par Hadrien CAMATTE, Théophile LEGRAND et Aster RECOULES

Les achats nets de titres par l’Eurosystème dans le cadre du PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme) se sont arrêtés fin mars 2022, deux ans après le lancement. Ce programme a permis de contrer la fragmentation du marché des dettes souveraines dans la zone euro face à la pandémie de Covid-19 et continuera à préserver la transmission de la politique monétaire via la flexibilité dans les réinvestissements.

Graphique 1 : Réduction du risque de fragmentation dans la zone euro depuis avril 2020
Graphique 1 : Réduction du risque de fragmentation dans la zone euro depuis avril 2020 Source : Bloomberg, calcul des auteurs Note : la fragmentation est mesurée comme l’écart entre le rendement moyen des obligations d’État de la zone euro à 10 ans pondéré par le PIB et le taux des swaps OIS à 10 ans (Overnight Indexed Swap).
Billet n°271
Publié le 25/05/2022

Par Eric Monnet, Angelo Riva et Stefano Ungaro

Durant la Grande Dépression, les ruées bancaires ont été caractérisées en France par une fuite des banques vers les Caisses d’épargne, jugées plus sûres. Nous distinguons et quantifions les effets de ces paniques bancaires et analysons les conditions les conduisant à renforcer la crise économique.

Graphique 1: Total de dépôts dans les banques et dans les Caisses d’Épargne, 1920-1936
Graphique 1: Total de dépôts dans les banques et dans les Caisses d’Épargne, 1920-1936 Source : Baubeau, Monnet, Riva et Ungaro (2021)
Billet n°266
Publié le 20/04/2022

Par Hyacinthe Buisson, Henri Fraisse et Matthias Laporte

La popularisation des techniques d’intelligence artificielle (IA) pourrait permettre aux banques de développer de nouveaux modèles de risque de crédit. Ceux-ci seraient susceptibles d’entrainer des baisses substantielles d’exigence de fonds propres. Pour autant, l’opacité de ces algorithmes et les défis de gouvernance qu’ils présentent pourraient freiner leur adoption.

Graphique 1 : Les modèles à réseaux de neurones conduisent à des réduction d’exigences en fonds propres parfois substantielles
Graphique 1 : Les modèles à réseaux de neurones conduisent à des réduction d’exigences en fonds propres parfois substantielles Source : Fraisse et Laporte (2022) à paraître dans le Journal of Banking and Finance.
Billet n°257
Publié le 25/02/2022

Dans le cadre du premier exercice pilote climatique, la Banque de France et l’ACPR ont développé une suite de modèles pour quantifier les risques financiers associés à différents scénarios de transition climatique. Nous en présentons ici quelques résultats. Dans certains scénarios, la probabilité de défaut de l’industrie pétrolière augmenterait de 400 bps, son spread de crédit de 30 bps en 2050 et sa valorisation boursière serait amputée de 40% à 50%.

Graphique 1 : Évolution des probabilités de défaut pour les secteurs les plus affectés  (PDs en bps en déviation au scénario ordonné)
Graphique 1 : Évolution des probabilités de défaut pour les secteurs les plus affectés (PDs en bps en déviation au scénario ordonné) Source : calcul des auteurs.
Billet n°255
Publié le 08/02/2022

Par Annabelle de Gaye et Noëmie Lisack

Afin d’évaluer les risques financiers associés au changement climatique, la Banque de France et l’ACPR ont développé une suite de modèles quantifiant des scenarios adverses de transition bas carbone en France. Malgré un effet macroéconomique limité à court terme, les impacts-clés se situent au niveau sectoriel et sont fortement hétérogènes. Un second billet abordera la stabilité financière.

Graphique 1 : Impact des transitions désordonnées sur les niveaux d’activité totale et sectorielle en France en 2050 (par rapport à une transition ordonnée)
Graphique 1 : Impact des transitions désordonnées sur les niveaux d’activité totale et sectorielle en France en 2050 (par rapport à une transition ordonnée) Source : calculs des auteurs
Billet n°249
Publié le 07/01/2022

Gábor Fukker, Thibaud Piquard, Aurore Schilte et Matthias Sydow

Le développement de l’intermédiation financière non bancaire nécessite une évaluation plus globale des risques, couvrant l’intégralité du système financier et les interactions entre intermédiaires financiers. La prise en compte des fonds d’investissement dans un stress test bancaire accroît de 1 % la diminution des fonds propres bancaires.

Figure 1 : Représentation des réseaux de détentions de titres pour les banques et les fonds de la zone euro
Figure 1 : Représentation des réseaux de détention de titres pour les banques et les fonds de la zone euro Source : Sydow et al. (2021). Note : Chaque point correspond à une entité d’un des secteurs considérés. Chaque trait montre qu’une banque (point bleu) ou un fonds (point violet) détient un titre émis par une autre entité.

Pages