Langues

Globalisation

19/07/2017

Par Clément Malgouyres

Ce billet résume une étude sur la période 1995-2007 n’intégrant que les effets locaux de la concurrence chinoise sur le marché du travail en France : celle-ci a exercé une pression à la baisse sur l’emploi manufacturier et le salaire horaire moyen; elle a aussi modifié la distribution des salaires, avec toutefois des effets limités sur les salaires les plus bas, probablement en raison du plancher que représente le SMIC.

Voir Malgouyres (2016) pour la liste complète des pays considérés comme à bas coûts.

Publié le 19/07/2017 08:29
03/05/2017

Par Ludovic Gauvin, Ramona Jimborean et Julio Ramos-Tallada

Le lien entre flux de capitaux, parfois très volatils, et crédit domestique est devenu un défi majeur pour la stabilité financière. Ceci explique la mise en place de mesures de gestion des flux de capitaux dans certains pays. La sensibilité du crédit aux investissements transfrontaliers est amplifiée par la rigidité du régime de change et par la présence de banques étrangères. Les implications pour les politiques contracycliques sont importantes.

 

Publié le 03/05/2017 10:44
19/04/2017

par Eric Monnet et Damien Puy

À l’heure où s’annonce la première reprise synchronisée de la croissance mondiale depuis la crise financière de 2007-2008, il est naturel de s’interroger à nouveau sur les liens entre la synchronisation des cycles économiques et l’ouverture financière. Une baisse des flux de capitaux internationaux atténuerait-elle la synchronisation des cycles nationaux ? Une perspective historique montre que, contrairement à une idée reçue, les périodes de plus faible intégration financière mondiale n’ont pas été associées à un plus faible degré de synchronisation des cycles économiques.

Graphique 1 : Avant 2007, la mondialisation n’avait pas conduit à une plus forte synchronisation des cycles

Source: International Financial Statistics, cf. Monnet et Puy, 2016. Les moyennes sont calculées sur l’ensemble des 21 pays pour chaque sous-échantillon.

Publié le 19/04/2017 11:52
09/01/2017

Guillaume Gaulier , Walter Steingress & Soledad Zignago

Depuis cinq ans, la croissance du commerce mondial est proche de celle de l'activité industrielle après avoir été deux fois plus rapide avant 2008. Ce ralentissement s’explique largement par le rééquilibrage de la Chine vers sa demande interne et la production de services. Une croissance quasi parallèle du commerce et de l’activité industrielle mondiale devient dès lors la « norme », si l’on exclut un recul du commerce dû à une montée du protectionnisme.

 

Publié le 09/01/2017 15:40