Développement économique actuel

Billet n°154
Publié le 06/03/2020

Par Nicoletta Berardi, Guillaume Gaulier, Karine Jean, Dominique Nivat & Soledad Zignago

La procédure de traitement du surendettement a 30 ans. De longue date, les femmes y sont plus vulnérables que les hommes. Au cours des dernières années, le surendettement s’est concentré sur les personnes les plus fragiles financièrement, notamment les cheffes de famille monoparentale. Elles représentent 26 % des femmes surendettées, presque trois fois plus que leur proportion dans la population féminine totale.

Graphique 1 : Situations de surendettement recevables et part des femmes
Graphique 1 : Situations de surendettement recevables et part des femmes Source : Enquêtes typologiques du surendettement, calculs des auteurs
Billet n°153
Publié le 28/02/2020

Les États-Unis ont connu d’importants changements macroéconomiques sur les 30 dernières années. La croissance économique a freiné de manière tendancielle (sauf entre 1995-2005), la part du travail a baissé brutalement à la fin des années 1990 et la concentration sectorielle a augmenté pour atteindre des niveaux particulièrement élevés. Ces bouleversements ont été rendus possibles par la diffusion des technologies de l’information et de la communication qui ont profondément changé la structure du marché.

Figure 1a : Gains de productivité et technologies de l’information et de la communication
Figure 1a : Gains de productivité et technologies de l’information et de la communication (en %) Source : Aghion, et al. (2019) Note : évolution de la productivité dans différents secteurs aux États-Unis, selon qu’ils soient producteurs d’IT, très consommateurs d’IT ou non.
Billet n°145
Publié le 23/12/2019

Par Antonin BergeaudGilbert CetteRémy Lecat. Ce billet a été d’abord publié en anglais sur vox.eu.

Dans la plupart des économies avancées, les taux d'intérêt réels à long terme et la croissance de la productivité ont diminué sur les deux dernières décennies. Ce billet montre comment une relation circulaire relie ces deux grandeurs. Le vieillissement démographique ayant pesé sur les taux, cette relation circulaire convergerait, en l’absence de choc technologique, vers un équilibre de faible croissance et de faibles taux d'intérêt.

Graphique 1 : Simulation de la réponse de la productivité globale des facteurs (PGF) à un choc technologique aux États-Unis (rouge) et dans la zone euro (noir)
Graphique 1: Simulation de la réponse de la productivité globale des facteurs (PGF) à un choc technologique aux États-Unis (rouge) et dans la zone euro (noir) Source : Bergeaud, Cette et Lecat (2019)
Billet n°143
Publié le 15/11/2019

Par Philippe Aghion (LSE, Collège de France et CEPR), Antonin Bergeaud, Gilbert Cette, Rémy Lecat, Helene Maghin (KU Leuven). Note : ce billet a été d’abord publié en anglais sur vox.eu

Quel est l’impact sur la productivité des contraintes de crédit ? Un durcissement de ces contraintes rend plus difficile le financement de l’innovation, avec à long terme des effets néfastes sur la productivité. Mais cela pousse également les entreprises en place les moins performantes à sortir du marché, facilitant l’arrivée d’entreprises plus performantes. La combinaison de ces deux effets opposés génère une relation en U inversé entre l’accès au crédit et la productivité.

Graphique 1 : Écart de taux d’intérêt sectoriel et croissance de la productivité (PGF)
Graphique 1 : Écart de taux d’intérêt sectoriel et croissance de la productivité (PGF)
Billet n°141
Publié le 06/11/2019

1er prix du concours organisé par Bloc-notes Éco, édition 2019 - Par Nicolas Laine (ESCP)

La révolution technologique, parce qu’elle pénètre toutes les sphères de notre vie quotidienne, suscite nombre d’interrogations. Espoirs réels ou inquiétudes légitimes ? Pour démêler le vrai du faux, intéressons-nous à cette petite conversation entre deux amis, entendue au détour de la rue Croix des Petits Champs…

Source : auteur, avec l’aide d’Ariane Mostamandy pour les dessins
Billet n°139
Publié le 25/10/2019

Si la pérennité d’une expansion peut intuitivement être associée à son âge, l’étude des données historiques du PIB de la zone euro révèle que ce n’est pas le cas. Les expansions âgées ne sont pas plus susceptibles de disparaître que les jeunes. À l’instar des Elfes de J.R.R Tolkien, les expansions sont « biologiquement immortelles » : elles ne meurent pas de vieillesse, mais de causes exogènes.

La pérennité des expansions ne dépend pas de leur âge
Graphique 1 – La pérennité des expansions ne dépend pas de leur âge Source : Calcul de l’auteur. Le modèle de Durland et McCurdy (1994) est appliqué au taux de croissance de la zone euro.
Billet n°136
Publié le 11/10/2019

Par Barbara Castelletti-Font, Pavel Diev et William Honvo

De fortes tensions sur les marchés financiers peuvent conduire à des erreurs de prévision importantes de la croissance trimestrielle du PIB. Ce billet s’intéresse à l’impact des variables financières sur la prévision à court terme de PIB en France. Un indicateur de conditions financières peut donner une information qualitative utile au prévisionniste sur les risques liés à la prévision centrale.

Graphique 1 : Relation entre l’indicateur de stress financier (CLIFS) et la croissance du PIB en France
Graphique 1 : Relation entre l’indicateur de stress financier (CLIFS) et la croissance du PIB en France Sources : Banque de France, BCE et INSEE
Billet n°126
Publié le 30/07/2019

Par Ludivine Berret, Marie-Hélène Ferrer et Céline Rochon

Dans un monde marqué par une réduction des marges de manœuvre budgétaires et monétaires ainsi que par une montée des risques, renforcer le filet de sécurité mondial est souhaitable, en plus d’une meilleure coordination des politiques macroéconomiques. Ce sujet, discuté au sein du G7 sous Présidence française, plaide pour un multilatéralisme accru (cf. billet « Le G7, un moteur du multilatéralisme ? »).

Graphique 1 : Évolution de la taille et de la composition du filet de sécurité mondial*
Graphique 1 : Évolution de la taille et de la composition du filet de sécurité mondial* Source: FMI, Adequacy of the Global Financial Safety Net, 2016.
Billet n°125
Publié le 26/07/2019

Par Clémence Berson, Hadrien Camatte, Antoine Lalliard et Julien Le Roux

Le « cône de Phillips » est un éventail de valeurs possibles de l’inflation obtenu à partir de différentes spécifications de la courbe de Phillips. La prévision d’inflation zone euro de l’Eurosystème de juin 2019 est un peu inférieure à la prévision médiane du cône de Phillips sur toute la période de projection et même légèrement au-dessous du cône en début de prévision. Elle est, en ce sens, assez prudente.

Graphique 1 : En zone euro, une prévision d’inflation prudente au regard du cône de Phillips
Graphique 1 : En zone euro, une prévision d’inflation prudente au regard du cône de Phillips Source : Eurostat, Eurosystème, calcul des auteurs. Note : au-delà du 1er trimestre 2019 est tracée en noir la projection de l’Eurosystème de juin 2019.
Billet n°120
Publié le 09/07/2019

Par Florens Odendahl (Banque de France)

Considérer les résultats économiques futurs comme intrinsèquement incertains donne lieu à la notion de risque économique. Par exemple, quelle est la probabilité d’une baisse de la croissance future du PIB ? En élargissant ce concept à l’analyse de plusieurs variables, on peut, par exemple, s’interroger sur l’évolution conjointe des risques pour la croissance du PIB et l’inflation.

Figure 1 : La tendance centrale à elle seule ne reflète pas les informations relatives au risque macroéconomique
Graphique 1 : La tendance centrale à elle seule ne reflète pas les informations relatives au risque macroéconomique Source : Adrian et al. (2019) Note : Prévision de densité à un an de la croissance du PIB réel des États-Unis.

Pages