septembre 2020

Billet n°182
Publié le 30/09/2020

Par Pierre Aldama, Hadrien Camatte, Jean-François Ouvrard et Paul Sabalot

Selon les projections de la Banque de France publiées le 14 septembre 2020, après une contraction de 8,7 % en 2020, la croissance du PIB serait de + 7,4 % en 2021 et de + 3,0 % en 2022. Malgré ce rebond apparemment impressionnant, le rattrapage du niveau d’activité ne serait en réalité que très progressif. Le PIB retrouverait son niveau d’avant crise seulement début 2022. Ce billet donne quelques éléments de compréhension de ces taux de variation inhabituels.

Graphique 1 : France : Projections du volume du PIB, comparées à la trajectoire post-2008
Graphique 1 : France : Projections du volume du PIB, comparées à la trajectoire post-2008 Sources : Insee, Banque de France
Billet n°181
Publié le 25/09/2020

Par Emilie Hermet et Dorothée de Franclieu

Face à l’impact économique de la crise de la Covid-19, la Commission européenne a autorisé un assouplissement temporaire du cadre régissant le recours aux aides d’État. Si cette mesure s’est avérée nécessaire dans l’urgence, son utilisation large, prolongée et hétérogène risquerait de favoriser des distorsions de concurrence sur le marché intérieur.

Graphique 1 : Répartition par pays des plafonds d’aides d’État autorisées par la Commission du 19 mars au 8 juillet 2020
Graphique 1 : Répartition par pays des plafonds d’aides d’État autorisées par la Commission du 19 mars au 8 juillet 2020
Billet n°180
Publié le 16/09/2020

Par Vivien Levy-Garboua, François Mouriaux, Tatiana Mosquera Yon et Mylène Sabatini

Depuis la crise financière de 2008, les institutions financières captives (holdings financières, entités ad-hoc), filiales de sociétés non financières (SNF), ont contribué à une croissance du secteur financier plus rapide que celle du PIB. Cette dynamique serait le reflet de la structuration de plus en plus complexe et internationalisée des SNF. Cette évolution ne semble toutefois pas s’être accompagnée d’un développement d’opérations financières à risque de leur part.

Graphique 1a. Investissements directs étrangers par pays, passif, en % du PIB
Graphique 1a. Investissements directs étrangers par pays, passif, en % du PIB Source : BCE
Billet n°179
Publié le 03/09/2020

Si le choc de la Covid-19 sur l’économie mondiale est, à maints égards, inédit, la reprise attendue pourrait néanmoins ressembler aux reprises passées. La reconstruction et réallocation sectorielle de l’activité et de l’emploi sont des processus qui prennent du temps, tandis que l’endettement est susceptible de peser sur la demande agrégée. La durée de la reprise dépendra donc moins de la nature du choc que des mesures prises pour limiter son impact.

Figure 1. Baisse du chômage en France, en Allemagne, en Italie et aux États-Unis durant les dernières reprises.
Figure 1. Baisse du chômage en France, en Allemagne, en Italie et aux États-Unis durant les dernières reprises. Source : OCDE.